Produit ajouté au panier avec succès
Total produits TTC
Frais de port Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander

Comment monter un abri de jardin ? (2ème partie)

Quelles sont les astuces en générale pour monter mon abri ?

Il existe effectivement un guide pour vous aider dans votre montage, cependant, pour vous faciliter le travail, cela ne suffit pas. Il faut avoir recours à quelques astuces.

Le succès de votre montage réside sur le suivi de petites astuces que vous devrez adopter, que ce soit au niveau des murs, des portes, des voliges ou du toit. Tout d’abord, en ouvrant votre colis, ne vous alarmez pas à la vue de toutes les pièces. Vérifiez-les tout d’abord, de sortes qu’elles soient toutes fonctionnelles et qu’aucune d’elles ne manque à l’appel ; puis suivez les étapes prescrites dans la notice générale de votre abri. Vous n’avez qu’à les regrouper par fonction, par taille et par ordre d’assemblage, il vous sera ainsi plus facile d’élaborer votre abri de jardin en bois. Faites attention de ne pas déballer votre paquetage, à moins que vous voulez le fixer immédiatement. De même, ne disposez pas les pièces au soleil, ou même au sol, au risque de se déformer à cause de la décoloration possible aux UV rendant les madriers de nuances différentes.

Avant de monter votre projet, vous devrez en outre tenir compte de la législation locale.

Commencez à fixer les solives à intervalles régulières, en tenant compte de la surface de votre chalet. Il est préférable d’ajouter une bande de feutre bitumée entre elles pour prévenir une remontée d’humidité. Prévoyez une isolation pour votre soubassement : plancher ou dalle en béton. De même, facilitez-vous la tâche en usant des cales fournies, identifiées X, dans le colis. Une fois les solives montées, apposez-y la première couche de madriers, la languette vers le haut. Le montage de la porte diffère pour une porte simple ou à double battant. Pour la première, il s’agit du classique tandis que pour le montage de la seconde, une fixation sans interstices des joints des montants latéraux est indispensable. Aussi, les intervalles au-dessus et au-dessous de ces derniers doivent être analogues. Munissez-vous d’équerre pour cela et veillez à ce que le tout soit symétrique. La pose de la fenêtre se fera dans un sens correct.

Réalisez la fixation des pignons grâce à des clous de 10 cm, puis enfouissez une extrémité à 1 ou 2 mm à l’intérieur du bois. Marquez les points médians des solives sur vos madriers. Cela vous servira de repère lorsque vous clouerez votre plancher. De même, laissez un espace de 1 à 1,5 mm entre chaque lame. Fixez chaque lame sur une solive à l’aide de 2 clous. Une fois ce procédé terminé, suivez les précédentes marques sur le mur en vous équipant de fil tendu. L’ancrage des plinthes suivra. Et tout comme pour le plancher, laissez un jeu de quelques millimètres pour le toit, afin que le bois puisse travailler de temps en temps. Quant à la couverture, qu’elle soit incluse ou pas des accessoires d’abri de jardin, doit être immédiatement posée. Le feutre bitumé n’est que provisoire et doit être remplacé avec du shingle dans les 6 mois qui viennent. Usez en outre d’un matériel de fixation supplémentaire : la latte de tempête pour un endroit prédisposé à des vents violents. Au cas où votre abri dispose de tiges filetées, fixez vos premières planches à l’aide de vis, pour une régulation éventuelle des boulons de ces dernières. Par la suite, pour les croisillons de fenêtres, certains sont assemblés et pourvus de clips en plastique, ce clip est à détacher pour permettre le nettoyage des fenêtres, tandis que d’autres, non assemblés, doivent faire l’objet d’un vissage à un centimètre de l’extrémité du croisillon. D’autres types en plexiglas, sont pourvus d’un film protecteur à enlever après l’application des peintures à l’entrée.

Le bois ne fait objet d’aucun traitement antérieur, il est indispensable de l’entretenir régulièrement. Tout l’édifice doit être traité, mais en particulier, les angles des murs. Repérez l’état du mur latéral du côté sud, vu que les rayons UV y sont plus persistants. Aussi, les extrémités des madriers sont plus sensibles à l’humidité. Traitez-les manuellement en y appliquant de la silicone.

Enfin, contrôlez tout : toit, matériel de couverture, madriers etc. Vérifiez-les fréquemment, remplacez si nécessaire. Faites jouir votre abri d’une ventilation suffisante. Ôtez la neige de sorte que son poids ne puisse déformer le toit et empêcher les fuites. Soulevez le coin et placez-y la cale en bois en cas de mauvais placement. Optez pour un bras de levier pour redresser votre madrier tordu. S’il existe un creux, mettez-y un peu d’eau, cela permettra au bois de gonfler. Munissez-vous d’un niveau à bulle à toutes les étapes du montage afin d ‘ajuster le toit parfaitement en fin d’opération. Bref, faire appel à un ou plusieurs amis vous serait d’une grande aide pour le montage.

Tenez compte du fait que votre bois travaille du début, à la fin de votre assemblage. Pour une éventuelle réclamation, notez le numéro de garantie des pièces manquantes dans la liste des manuels. Explicitez dans un autre dossier le défaut que vous y constatez. Joignez le ticket de caisse voire la facture ainsi que le lieu d’achat de votre abri, sans bien sûr omettre vos coordonnées précises.

Suivez à la lettre le plan de montage pour les portes et les fenêtres. Cependant, notez qu’au fil du temps, votre construction aura tendance à se compresser. Fort heureusement, nous avons élaboré un dispositif simple et pratique qui empêchera votre abri de se soulever en temps humide. Une éventuelle déformation des portes n’engage pas une dégradation sérieuse, mais malgré cela, il est important de les examiner plus souvent.